Nous utilisons des cookies pour vous garantir une expérience optimale. Si vous acceptez, vous êtes en accord avec cette utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité.
/

Culture

Attirer et retenir les talents en pleine pandémie

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time

Récemment, j’ai participé à un panel de discussion avec la Fédération des chambres de commerce du Québec, où nous avons analysé diverses tactiques qu’utilisent les entreprises pour attirer de nouveaux talents tout en fidélisant leurs employés actuels. Voici en bref mes réflexions sur cette discussion.

Ce n’est pas un secret : dans le secteur de la technologie, le recrutement et la rétention sont plus difficiles que jamais depuis le début de la pandémie de COVID-19 (autant au Québec qu’ailleurs dans le monde). Deux grandes raisons expliquent avant tout ces difficultés : la pénurie de main-d’œuvre actuelle et la grande vague de départs constatée par les employeurs.

Le Québec compose avec une pénurie de main-d’œuvre depuis 2015 déjà, année où on estimait à 52 205 le nombre de postes à pourvoir. Aujourd’hui, ce nombre a plus ou moins quadruplé pour atteindre 221 415 (Le Journal de Montréal, 9 octobre 2021). Mais pourquoi donc? D’abord, c’est que les employés de la génération du baby-boom quittent le marché du travail et que, depuis la pandémie, le taux d’émigration du Canada a connu une hausse importante (présentation de Pierre Cléroux, économiste en chef de BDC).

L’autre problème est le départ en masse auquel sont confrontés les employeurs. Nombre de gens prennent plus de congés, se tournent vers la retraite anticipée ou décident de changer de carrière. Le vide laissé par ces départs accentue la pénurie de main-d’œuvre (Les Affaires/Le Soleil-2021).

Dans ce cas, quels principes faut-il suivre pour réchapper de cette période sans précédent?

  1. Miser sur la flexibilité comme principe de base. Les organisations doivent redoubler d’efforts pour donner à leurs équipes une plus grande flexibilité. La méthode diffère d’un endroit à l’autre, mais l’essentiel est de prêter l’oreille aux besoins spéciaux des employés et de les aider à organiser leur vie professionnelle et personnelle en conséquence. Nous avons toujours mis l’accent sur l’harmonie travail-vie personnelle, mais par les temps actuels, c’est plus important que jamais.
  2. Redéfinir le succès. Lorsqu’une personne qui travaillait dans votre entreprise depuis cinq ou dix ans décide de partir, il est normal d’y voir une catastrophe. Sans doute, son départ causera du stress. Mais c’est également une occasion pour d’autres d’assumer un rôle de leadership et de s’investir dans l’entreprise d’une manière inédite et stimulante. Il faut faire le nécessaire pour que vos employés restent dans votre entreprise à long terme, mais il serait irréaliste de penser qu’ils y passeront toute leur carrière. Célébrez les départs qui viennent après une relation professionnelle productive et concentrez-vous sur les aspects positifs du changement de personnel.
  3. Ne pas penser que la motivation des employés va souffrir du télétravail. Je m’étonne toujours de voir le nombre de gens qui doutent lorsque je leur dis que malgré son équipe presque entièrement en télétravail, Osedea ne souffre d’aucun manque de motivation à cause de la pandémie. Avant, j’aurais pensé comme eux. Mais aujourd’hui, je comprends que même avec le travail à distance, on peut mobiliser ses troupes en se dotant des bons outils. Il est vrai que, oui, les échanges en personne peuvent avoir leur importance, mais ils ne sont pas la solution miracle à tous les problèmes. Vous devez trouver des manières de pousser vos employés à s’impliquer malgré le travail à distance. Il vous faudra peut-être y mettre un peu plus d’efforts, passer du temps à chercher ce qui stimule réellement la mobilisation et trouver le moyen de mettre en place ces stratégies dans un environnement essentiellement virtuel.
  4. Faire de l’humain une priorité. Beaucoup de gens m’ont dit : « Mais Ivana, mes employés à moi sont des travailleurs non spécialisés, donc ce que tu suggères ne s’applique pas à ma situation. » Je comprends que dans ce cas, la manière de mettre en place certaines stratégies doit être modifiée. Toutefois, qu’elle soit spécialisée ou non, votre équipe est faite d’êtres humains. Pour avoir une entreprise humaine, il faut penser à la personne derrière le travailleur. Découvrez ce qui importe vraiment à votre équipe, félicitez vos employés, soulignez leurs efforts, écoutez-les et apprenez à vous adapter.

Le contexte actuel met les entreprises à rude épreuve, mais c’est aussi une occasion pour les leaders de s’améliorer et d’améliorer leur organisation. Vous manquez d’inspiration? Découvrez nos autres initiatives dans nos billets de blogue!

Photo credit : Fédération des chambres de commerce du Québec.

Did this article start to give you some ideas? We’d love to work with you! Get in touch and let’s discover what we can do together.

Get in touch
Button Arrow

Further Reading

Culture

Astuces pour promouvoir et favoriser la santé mentale au travail

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time
Culture

Osedea à l'assaut de Lisbonne : des vacances portugaises qui rapportent gros

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time
Culture

Osedea crée un programme équitable et inclusif pour les parents

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time
Culture

Comment on mène la barque chez Osedea (sans aucun patron)

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time
Culture

Portraits Osedea : IA, aventures et culture avec Isabelle Bouchard

Marie-Pier Houle
Marie-Pier Houle
read time
Culture

Comment élever l'engagement dans le contexte de travail hybride?

Ivana Markovic
Ivana Markovic
read time